Comment trouver la perle rare en sortant des usages habituels ? Et si vous diversifiez vos sources de recrutement en faisant appel à la cooptation ?

Cooptation : comment l’intégrer à mon process de recrutement

Gain de temps, économie de budget, efficacité de recrutement, la cooptation est un levier de recrutement qui a déjà fait ses preuves. Entreprise dynamique, vous recrutez régulièrement des profils récurrents, complexes ou en tension ? Quels sont vos usages dans le recrutement ? Et si vous intégriez une politique de cooptation dans vos process ? Tour d’horizon des bonnes pratiques à mettre en place pour lancer un programme de cooptation.

La cooptation : facilitateur de recrutement

La cooptation est plus qu’un vecteur de recrutement ! Au-delà de vous faire gagner du temps, elle permet aussi d’évaluer l’engagement des collaborateurs en interne et de mesurer le climat de l’entreprise. Un salarié heureux va naturellement véhiculer une image positive de son entreprise.

Pour être efficace, ce dispositif doit être mené tout au long de l’année et doit faire partie de chaque process de recrutement. Aux RH de fixer les règles du jeu pour embarquer les collaborateurs de l’entreprise. Quel profil peut être coopté ? Quel type de contrat ? Les stagiaires et alternants font-ils partie du dispositif ? A quel moment du process déclenche-t-on la prime ? La communication interne joue un rôle essentiel dans l’implication des salariés.

Une prime, certes, mais l’engagement avant tout

Coopter quelqu’un, c’est recommander une personne de son réseau en s’appuyant sur des savoir-faire et un savoir-être. Le collaborateur a tout intérêt à ce que la personne cooptée soit fiable. Un ancien camarade d’école, un ex-collègue, un ami, à chaque personne engagée, le coopteur reçoit en contrepartie une prime de cooptation ou un chèque cadeau. Mais attention, cette récompense ne doit pas être le facteur déclenchant. L’entreprise n’achète pas un profil, elle fait appel au réseau de ses collaborateurs pour recruter. C’est donc plus qu’un acte d’engagement pour le coopteur qui met sa crédibilité en jeu.

Pour les RH, c’est une solution gagnante-gagnante car les candidats qui viennent de la cooptation sont souvent qualitatifs. Qui recommanderait son entreprise à ami s’il n’y était pas fidèle ?  Et inversement, qui coopterait un ami s’il n’était pas digne de confiance ?

Animer une communauté d’ambassadeurs : tout un programme !

Quel est le rôle de ces employés ambassadeurs ? D’une part, ils ont de l’influence et d’autre part, ils peuvent vous permettre de cibler une nouvelle audience de candidats. En l’occurrence, des profils que vous n’auriez peut-être jamais captés.  Reste à les embarquer dans votre projet ! Première astuce, prouvez-leur par A+B qu’ils ont un rôle à jouer dans la stratégie RH de l’entreprise.

Deuxième astuce : sensibilisez-les, car le jour où vous recruterez pour eux ou leur équipe… ils apprécieront la démarche en retour.  Ces ambassadeurs seront vos meilleurs porte-parole pour relayer l’information et véhiculer une bonne image de l’entreprise. A vous de leur inculquer les bon réflexes sur les réseaux s’ils ne sont pas à l’aise sur le sujet !

Organisez des événements RH ou des meet-up

Parlons un peu de recrutement événementiel ! Le concept ? Rassembler des candidats autour d’un événement dans vos locaux ou pourquoi pas dans un lieu insolite. Quels profils ? Ceux avec lesquels vous n’arrivez pas à rentrer en contact. Webmarketers, développeurs, designers et tout autres profils du Web.

Si vous voulez attirer l’attention de ces communautés, participez ou organisez des soirées autour de sujets qui les intéressent. Vous exposez alors votre marque employeur et les collaborateurs présents établissent un premier contact dans une ambiance détendue, autour d’un verre. C’est le début du jeu de séduction. N’oubliez pas, il faut avoir une vision à long terme de ce mode de recrutement. Qui sait, dans 6 mois, vous aurez peut-être l’agréable surprise que l’un de vos collègues viennent vous déposer le CV d’un développeur « séduit » sur votre bureau.

Quelques conseils à ne pas laisser de côté

Ne cessez jamais de communiquer en interne et à l’externe sur vos recrutements, sur les actus RH, les événements de l’entreprise, les focus métiers… C’est le seul moyen d’impliquer les collaborateurs et de leur rappeler de relayer les infos.

A partir du moment où vous faites appel à vos collaborateurs, vous devez les tenir informés sur l’avancée du process. Tous les candidats ne correspondront pas au poste ou aux attentes du manager, il faut être le plus transparent possible. Si vous ne l’êtes pas, le collaborateur risque d’être déçu. Et le prochain CV qu’il vous transmettra, sera peut-être le CV que vous attendiez.

Dernière chose importante : en fin d’année, faites un bilan sur vos recrutements. Combien proviennent de la cooptation ? Combien ont validé leur période d’essai ? Combien sont toujours en poste ? Vous remarquerez rapidement que les personnes cooptées sont souvent des collaborateurs fidèles, engagés et qui s’intègrent assez vite à la culture d’entreprise. Sinon elles n’auraient pas été recommandées. 😊

 

source : hello work place