Le salaire minimum augmentera de 1,2 % au 1er janvier selon les règles de revalorisation automatique.

Cette revalorisation résulte d’une “hausse de 0,7 % de l’inflation, donc de l’augmentation des prix mais aussi de la moitié de l’augmentation des salaires ouvriers et employés, soit 0,5 %” a détaillé la ministre du Travail. (GettyImages/hyejnkang)

Pas de coup de pouce pour le Smic en 2020. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, l’a annoncé dans un entretien au Parisien hier. Le Smic progressera donc selon les règles de revalorisation automatique, soit 1,2 %. Il atteindra donc 1 219 euros net par mois (+15 euros) pour une personne qui travaille à temps plein contre 1 204 euros net par mois actuellement. Cette revalorisation résulte d’une « hausse de 0,7 % de l’inflation, donc de l’augmentation des prix mais aussi de la moitié de l’augmentation des salaires ouvriers et employés, soit 0,5 % » a détaillé la ministre du Travail. En effet, la revalorisation automatique est calculée en fonction de deux critères : l’inflation constatée pour les 20 % de ménages aux plus faibles revenus et la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier et employé (SHBOE).

À lire également :

2,3 millions de personnes concernées

Cette hausse automatique concerne 2,3 millions de personnes. Cependant, le gouvernement ne souhaite aller au-delà de la revalorisation automatique. Le groupe d’experts sur le Smic, consulté avant chaque revalorisation au 1er janvier, considère que le salaire minimum français a la double caractéristique d’être le plus élevé des pays de l’OCDE en termes de revenu disponible en tenant compte des prestations de soutien comme la prime d’activité mais aussi d’être « dans la moyenne quand il s’agit du coût total du travail ». Selon eux, « la revalorisation exceptionnelle de la prime d’activité mise en œuvre en 2019 (90 euros) a davantage contribué à réduire la pauvreté qu’un relèvement du Smic de la même valeur ». La prime d’activité a bénéficié cette année à 4,17 millions de foyers. Dans une interview au Parisien, Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, demande au gouvernement « d’organiser une conférence salariale et d’augmenter le Smic de 10 % au 1er janvier, notant qu’au-delà du refus de la réforme des retraites, certaines professions réclament des hausses de salaires depuis des mois ».

Le taux d’emploi des seniors et l’application Mon compte formation, les priorités du ministère pour 2020

Muriel Pénicaud a, par ailleurs, affiché ses priorités pour 2020 : l’égalité salariale femmes-hommes, le taux d’emploi des seniors, ou encore la démocratisation de l’accès à la formation en France grâce à l’application mobile Mon compte formation.

source : blog emploi