Temps de lecture : 3 minutes

De plus en plus, les qualités interpersonnelles sont des facteurs clés dans le recrutement de nouveaux talents. Les recruteurs ont compris l’importance de s’entourer de personnes capables de contrôler leurs émotions et d’interagir intelligemment avec les autres.

Cinq jeunes sautant dans les airs au travail: les valeurs du travail

Les valeurs humaines prendraient-elles le dessus sur les compétences ?

On l’entend de plus en plus, les compétences comportementales (ou soft skills) favorisent un environnement de travail plus harmonieux, agréable, ainsi qu’une meilleure productivité.

Des outils ont été développé afin de détecter et évaluer la personnalité et l’intelligence émotionnelle des candidats, et ces outils ne cessent de se perfectionner au fil des années. C’est un enjeu majeur pour les entreprises et leurs ressources humaines, au point qu’un candidat moins qualifié mais qui possède intrinsèquement de bonnes valeurs peut vite prendre l’avantage dans un recrutement.

 

L’humilité

Fleur rose avec tige verte

L’humilité est évidemment une valeur indéniable qu’il n’y a pas besoin de vendre puisqu’elle se vend d’elle-même.

Dans les relations professionnelles, l’humilité favorise le travail d’équipe, l’apprentissage et les bonnes performances.

Pourquoi ? Simplement parce que les personnes humbles reconnaissent d’elles-même leurs erreurs ou par un intervenant extérieur. Cette remise en question perpétuelle ou presque leur permet d’être en constante évolution.  Les personnes humbles n’ont également pas honte à demander de l’aide, cela ne les empêchant pas d’être ambitieuses et compétitrices.

 

L’honnêteté

Deux hommes discutant autour d'une table

Dans la continuité de l’humilité, l’honnêteté est une valeur dont on ne peut difficilement se vanter. Cependant, lors d’un entretien, il est possible de détecter cette qualité, à travers le récit que le candidat fera de ses expériences. Cela demande de préférence un bon niveau d’empathie, qualité essentielle pour un recruteur.

 

La bienveillance

5 personnes en réunion, souriant

Valeur de plus en plus recherchée pour les postes de managers ou de cadres, la bienveillance est également très appréciée chez la jeune génération (X & Y). La bienveillance et un management participatif sont valorisés, d’autant plus si cela fait partie des valeurs de l’entreprise.

Pourquoi les personnes bienveillantes sont-elles de bons éléments dans une entreprise ?

Tout d’abord elles pratiquent l’écoute active dans le but de comprendre le point de vue de l’autre et être dans une démarche constructive.

Les personnes bienveillantes sont ponctuelles : elles considèrent qu’être en retard est un acte de non-respect.

Elles sont polies et calmes : cela entraîne un climat apaisant favorisant la résolution des problèmes de manière pacifiste. Elles ne s’énervent jamais, quelque soit la situation et sont capables de prendre de la hauteur, même pendant un moment critique.

Nous pourrions continuer encore : elles sont positives, mettent les autres en avant, sont fiables… tant de qualités dont ont cruellement besoin les entreprises.

 

L’altruisme

Make People Feel Loved Today

On pourrait penser que l’altruisme est une forme de faiblesse dans le monde professionnel alors que la réussite est souvent liée à la stratégie et à la compétition. Pourtant, l’altruisme contribue fortement au bonheur au travail.  En effet, pouvoir compter sur ses collègues en cas de difficulté est un facteur de bien-être au travail essentiel. L’altruisme permet également une meilleure communication, améliore le travail d’équipe grâce à la confiance collective que génère cette qualité, et donne du sens au travail.

 

La loyauté

Deux hommes se serrant la main

Du fait de la précarité du monde du travail, du sentiment d’appartenance à une entreprise qui tend à disparaître, la notion de loyauté semble devenir obsolète. Cependant elle est encore très appréciée d’un recruteur qui, grâce à cette notion, pourra garantir la pérennité du candidat qu’il soumettra à son client. Un discours positif du candidat, concernant ses expériences passées, voire une certaine nostalgie, sont des critères d’appréciation de cette qualité.

 

 

Même si les compétences professionnelles restent une base, elles ne suffisent plus aujourd’hui. De plus en plus, les dirigeants et cadres sont prêts à recruter seulement sur ces « soft skills ». Le candidat idéal se doit d’être Différent, Apporteur de Solutions, avoir une Intelligence Cognitive.

Les compétences professionnelles s’acquièrent plus ou moins vite, les qualités citées ci-dessus sont le fruit d’une éducation et d’une philosophie de vie. La difficulté pour le recruteur est de cerner et d’identifier ces atouts.

 

Auteur: Marie B.